Le Blues des Canuts

Radio Canut (FM 102.2 à Lyon)

Blog de l'émission


  • Thibaud Degraeuwe dans le Blues Des Canuts
    Thibaud Degraeuwe dans le Blues Des Canuts

    Thibaud Degraeuwe dans le Blues Des Canuts by Collectif Des Radios Blues on Mixcloud

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l'émancipation féminine 3
    Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l’émancipation féminine 3
    JPEG - 10.5 ko

    Dans W-O-M-A-N en 55, Etta James s’en prend à Muddy Waters en pastichant dans l’intro la célèbre chanson machiste de Muddy, « I’m a man » l’année même de sa sortie. Provocatrice, elle avertit le « mâle » qu’il va falloir qu’il assure, mais revendique aussi du même coup, le plaisir sexuel féminin alors que la notion de plaisir au cours du coït était exclusivement réservé à l’homme dans le code moral de bonne conduite de la société réactionnaire et conservatrice de l’époque. Donna Greene reprend cette idée en 2008 avec « A girl’s gotta have a little pleasure ». Mais Etta James n’est pas la seule à riposter au machisme des bluesmen, avec « I didn’t make my moove too soon », Lynn White en 1979 apporte une réponse cinglante et féministe au titre macho de B.B. King « Never make your move too soon » repris entre autres par Ry Cooder, Tommy Lepson et Joe Bonamassa. Dans un registre plus humoristique, « You can have my husband », au départ une chanson de 1960 encore entonnée en 2011 par Pat Cohen lors de la tournée de Music maker en Europe, Koko Taylor en offre une version dans laquelle elle transforme subtilement le refrain pour chanter, preuve que les temps et les mentalités ont changé, « You can have my husband, but let me the maid... » qu’on pourrait traduire par « profite de mon mari si tu veux, mais laisse-le moi pour faire le ménage... ».
    La domination patriarcale c’est aussi le mariage, et le sentiment de propriété sur un(e) individu(e) que fustige Sue Foley dans Ten Days In November en 1998 avec le titre « She Don’t Belong To You ». Et puis aussi les stéréotypes esthétiques, qu’évoquent avec humour Mildred Bailey dans « Scrap your fat » et avec plus d’emphase encore Candy Kane dans « You need a big fat mama » qui milite pour la reconnaissance des femmes fortes... A noter encore qu’on ne commence à envisager des « droits » aux femmes, même s’ils sont encore réservés à la sphère privée, qu’en 46. Dans un titre qu’on attribue habituellement à J. C. & Irene Higginbotham, (repris par la suite par Dave Alvin en 1993 et Jan Buckingham en 2003, sans oublier la version instrumentale de Jimmy Jones ) « Woman’s got a right to change her mind », on reconnaît enfin qu’une femme a le droit de faire le choix de son partenaire.

    Dieu est une femme... et elle est noire !

    Candye Kane fait allusion à cette blague en vogue dans les milieux progressistes des USA des ’70 « Les astronautes ont croisé Dien en allant sur la lune... Elle est noire ». Avec « The Lord was a woman » paru dans Diva La Grande (2002), elle continue à déranger l’ordre patriarcal. Elle n’est pas seule à poursuivre le combat pour l’émancipation féminine en mettant en chanson les mécanismes sociaux qui rendent possible la domination masculine. Non seulement les textes où les femmes ont réussi à mettre en musique leur alienation continuent à être chantés1, mais en plus, la relève semble assurée et pas seulement au Etats-Unis, avec de nouvelles compositions2.
    Pour conclure, il convient de saluer le travail de Nina Van Horn qui publie en 2009 un magnifique hommage aux femmes du blues, dans lequel on retrouve outre les portraits de Bessie Smith, Ma Rainey, Memphis Minnie et Billie Holiday, ceux de Victoria Spivey, Georgia White, Mildred Bailey et Odetta.

    Pascal

    P.S : Cette liste n’est sûrement pas exhaustive, si vous souhaitez la compléter, la discuter ou simplement partager vos réactions, vous pouvez me contacter à l’adresse suivante : comboquilombo@free.fr

    1 : Koko Taylor reprend en 1978 « I’m A Woman » une chanson emblématique du Women’s Libération Movement dans « Double A sides » et à sa suite les Mississippi Heat dans leur album de 2005 Glad Your Mind, et plus récemment, la chanteuse The Kat dans son 1er album sorti en 2011 « I’m The Kat ». Rory Block interprète en 1992 un texte de S.Truth datant de 1851, “Ain’t I a woman ?” ; Bonnie Riatt et Fiona Boyes reprennent tour à tour “Women Be Wise” de Sippie Wallace et enfin Etta James et Tina Turner chantaient encore récemment.”Only women bleed”, la célèbre ballade de Dick Wagner écrite en 1968.

    2 : Joanna Connor qui signe en 1996 Big Girl Blues qui contient le fameux « Sister Spirit », Susan Tedeschi qui reprend « Mama, He Treats Your Daughter Mean » dans Just Won’t Burn en 2000, titre également chanté en 2008 par The Philadelphia Blues Messengers dans leur album Blues For Sale, Fiona Boyes, “Woman Ain’t A Mule” dans Blues Woman en 2009, Shemekia Copeland, “When A Woman’s Had Enough” en 2002. Paru la même année, “Woman Down” du Lara Price Band. “Art Of Divorce” chante dans Flavor’s Blues Zakiya Hooker en 2004, tandis que Sharrie Williams intérprète en 2006 “How Much Can A Woman Take”, Kara Maguire revient sur “(this) Woman’s Liberation”, dans Nobody’s Girl en 2007, Karen Lovely poursuit avec “Lucky Girl” en 2008.

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l'émancipation féminine...
    Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l’émancipation féminine...

    Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l'émancipation féminine 1 by Collectif Des Radios Blues on Mixcloud
    Lady sings the blues
    Quelques thèmes des luttes pour l’émancipation féminine à travers le Blues (...)

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l'émancipation féminine 2
    Quand le Blues chante les thèmes de la lutte pour l’émancipation féminine 2

    « Love me tender »
    Cependant, la domination dans les rapports sexuels n’est pas la seule forme d’aliénation patriarcale. Dans « Work House Blues » (1923-1924), Bessie décrie les travaux de force, les labours et les corvées (...)

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante le Travail... made in France !
    Quand le Blues chante le Travail... made in France !

    Une sélection de titres en français... cocori pouêt pouêt !

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante le Travail...IV
    Quand le Blues chante le Travail...IV

    Blues et conditions de travail

    Lire la suite ➜

  • Quand le Blues chante le Travail V
    Quand le Blues chante le Travail V

    Quand le Blues chante le Travail V by Collectif Des Radios Blues on Mixcloud

    Lire la suite ➜

  • Lire la suite ➜

1234


Les dossiers


Quand le Blues chante la crise

Quand le Blues chante la politique

Quand le Blues chante la prison...

Notre émission est à écouter sur Radio Canut.
En FM (Lyon et agglomération) : 102.2 Mhz
Sur internet : www.radiocanut.org

Diffusion tous les mercredis de 15 à 16h.

Le Blues des Canuts, c’est l’émission blues de Radio Canut – la plus rebelle des Radios ! – tous les mercredi de 15 à 16 h sur le 102.2 FM dans la région lyonnaise et sur radiocanut.org pour le reste du monde…

Ce programme s’inscrit dans une démarche d’Éducation Populaire. Chaque édition est axée sur un(e)artiste, un groupe, une chanson, un style de blues, un aspect social et historique… en tâchant de garder un équilibre entre électrique/acoustique, femme/homme, contemporain/"classique".

Nous nous intéressons aux thèmes riches et variés abordés par les blues de toutes les époques et de toutes les origines replongés dans leur contexte social. A travers des sélections de titres, nous avons déjà commencé à nous pencher sur les thèmes de la ségrégation et du racisme, sur les rapports de classes comme sur les rapports de genre, et plus précisément sur les thèmes du voyage, du travail, des crises économiques, de la misère, de l’argent, de la prison, de l’armée, de la police, etc…

Mais notre premier objectif reste de partager ensemble un bon moment de blues sans dieu, sans maître… et sans publicité !

Nos émissions sont à retrouver en podcast tout au long de ce blog...
Mais également sur notre site web :
http://blogs.radiocanut.org/bluesdescanuts/

Le Blues Des Canuts
S/C de Radio canut
B.P. 1101
69201 Lyon Cedex 01
FRANCE

Email : comboquilombo[at]free.fr

Le site web de l’émission : http://blogs.radiocanut.org/bluesdescanuts/